INQUIÉTUDES SUR L’AVENIR DE LA DISTRIBUTION DE LA PRESSE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

INQUIÉTUDES SUR L’AVENIR DE LA DISTRIBUTION DE LA PRESSE

Message  Admin le Mar 2 Oct - 13:56



VIVES INQUIÉTUDES SUR L’AVENIR DE LA DISTRIBUTION DE LA PRESSE

02-10-2012
Dernière mise à jour : ( 02-10-2012 )


Le redressement judiciaire n’a pas été prononcé hier mais le tribunal de commerce de Paris a donné jusqu’à la fin de semaine pour boucler le financement d’une restructuration « inacceptable » pour les salariés. Photo r.T.
A la SAD de Marseille, refus des licenciements massifs annoncés au plan national. A l’imprimerie de Vitrolles, craintes et solidarité.
Environ 1 200 salariés menacés de licenciements sur les 2 500 que compte le groupe Presstalis, l’annonce n’a pas laissé indifférent dans les Bouches-du-Rhône. A la Société d’agences et de diffusion (SAD) de Marseille, qui gère la distribution des titres dans un périmètre correspondant au département plus le Lubéron et moins le Pays d’Arles, le plan de restructuration ne passe pas. Les salariés - environ 80 - ont fait montre de leur détermination dans les derniers jours en perturbant la diffusion de plusieurs titres.
Hier, alors que le tribunal de commerce de Paris devait se prononcer sur la placement en redressement judiciaire du groupe, il a décidé de reporter sa décision à vendredi laissant quelques jours pour boucler le financement de la restructuration actuellement en discussion entre la direction, l’État et les actionnaires (la coopérative des éditeurs de quotidiens et celle de magazines).
Un plan « inacceptable pour les salariés », martèle Maxime Picard, jeune ouvrier du livre à la SAD et syndicaliste CGT. « Ce qui se joue au-delà de l’emploi c’est l’avenir de la distribution coopérative de la presse issue de la Libération, indispensable à la démocratie », explique-t-il. Pour le cégétiste, « en voulant casser Presstalis, le patronat veut rompre avec ce qui est une mission de service public c’est-à-dire faire que partout en France, un citoyen puisse avoir accès à l’information à travers le titre de son choix. » Le statut des ouvriers du livre est aussi ligne de mire. Sont-ils des privilégiés irresponsables comme l’ont affirmé en substance Alexis Brézet (Le Figaro), Laurent Joffrin (Le Nouvel Observateur), Christophe Barbier (L’Express) récemment ? « Je ne trouve pas que gagner 2 000 euros en travaillant les week-ends, les jours fériés et de nuit soit exorbitant », rétorque Maxime Picard pour qui ces attaques visent à justifier la précarisation et la sous-traitance inscrite dans la restructuration sans traiter la racine du mal. Une concurrence malsaine avec le départ de plusieurs magazines pour les Messageries lyonnaises de presse et la fermeture de nombreux points de vente.

Une pétition pour une alternative
C’est pourquoi il s’est joint aux plus de 1 500 signataires d’une pétition initiée par les travailleurs communistes de la presse intitulée « Presstalis doit vivre ! Pour un service public de la distribution* » qui place l’État devant ses responsabilités. Salarié de l’imprimerie Méditerranée offset print (MOP) de Vitrolles, Luc Chigot est solidaire. Lui-même syndicaliste et militant communiste, il fait signer la pétition et juge très inquiétantes les « conséquences en chaîne d’une mort de Presstalis. Des titres qui sont indépendants des groupes militaro-financiers comme La Croix ou L’Humanité seront directement menacés de fermetures, les imprimeries contraintes à de nouvelles fusions... » Gravissime pour le pluralisme, « La Tribune ou France soir ont montré l’impasse d’un basculement total sur le net », rappelle le rotativiste qui insiste : « On a survécu à Sarkozy, c’est pas pour crever sous Hollande. » Sur le dossier Presstalis, le gouvernement semble décidé à verser 35 millions puis 60 millions en deux fois deux ans pour soutenir la restructuration. Pour Maxime Picard « ça équivaut pour l’État socialiste, à financer un plan de licenciements de 1 200 personnes et une atteinte grave à la démocratie. C’est inconcevable ! » Les salariés comptent bien faire passer le message : « De nouvelles actions auront lieu de façon responsable et déterminée », prévient le syndicaliste.

léo Purguette

*Disponible sur www.petitions24.net


Admin
Admin

Nombre de messages : 129
Date d'inscription : 28/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://cgt-sad.info/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum