Les MLP et Presstalis seraient en guerre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les MLP et Presstalis seraient en guerre.

Message  gdumoulin le Mer 21 Mar - 16:26

Depuis plusieurs mois, il ne se passe pas une journée sans qu’un article de presse ne relate la déclaration d’untel à propos d’une décision du CSMP (conseil supérieur des messageries de presse). Pas une semaine sans commentaires autour du transfert de titres d’une messagerie à l’autre.

Présentée comme « une guerre » entre messageries, cette politique orchestrée par les éditeurs n’est en fait qu’une offensive libérale contre un secteur jusqu’alors régulé par la Loi.

C’est donc, sous prétexte de faire valoir leur liberté de choix, que les éditeurs rebattent les cartes, confiant leurs titres à la messagerie avec l’offre la plus alléchante. Avec ces opérations, les principaux éditeurs comptent bien tirer profit d’une dérégulation organisée du système de distribution. La méthode est simple, l’objectif est clair :
Obtenir des réductions de tarifs conséquents et ainsi gonfler un peu plus leur profit.

Mais à qui profite cette bataille ?
Sûrement pas aux salariés de la filière de distribution de la presse !

Depuis des années les travailleurs sont mis sous pression, ignorés, réduits à une seule variable d’ajustement, qu’ils soient salariés de l’une ou l’autre des messageries, des dépositaires et même lorsqu’ils sont diffuseurs.

Pourtant les éditeurs avant de se tourner vers les MLP ont, à PRESSTALIS, décidé plusieurs plans d'économies pour leur seul bénéfice (le taux de commission des ex NMPP a été divisé par deux en moins de dix ans). De ces millions d’euros d’économies réalisés chaque année peu ont été redistribués à la filière et encore moins aux salariés.

Une fois aux MLP, il y a fort à parier que cette même logique les poussera certainement à exiger les mêmes économies !

Pour illustrer cela, il suffit de constater la politique actuelle de la direction des MLP. Si les nombreux transferts de titres ont déjà permis en 2011 une redistribution de 12 millions d'euros aux éditeurs, les salariés, eux, n’ont rien vu !

Pire ! Ces transferts se sont clairement réalisés au détriment des conditions de travail, des emplois, des salaires et des statuts des salariés de la messagerie Lyonnaise. Paradoxe sur le papier ! Les titres basculent et dans la réalité peu de volume transite par les centres. Seules les opérations de sous-traitance et la précarité se sont accrues.

Même si récemment, dans une interview au journal Libération, M. Cochi, Président des MLP, n’a pu s'empêcher de faire allusion à la disparition des élus CGT de la messagerie Lyonnaise.

Pour la CGT il n’y a pas de guerre entre les salariés des deux messageries. Ce conflit n’est pas le notre !

Bien au contraire face aux attaques il nous faut ensemble défendre nos intérêts de salariés de la filière presse

Alors exigeons:
 De réelles augmentations de salaires pour faire face à l'explosion des prix !
 De meilleures conditions de travail pour notre santé un travail de qualité
 L’embauches en CDI de nos camarades précaires

Saint-Quentin-Fallavier le 19 mars 2012

avatar
gdumoulin
Admin

Nombre de messages : 239
Date d'inscription : 17/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/cgtsadlyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les MLP et Presstalis seraient en guerre.

Message  marc-luc perrot le Lun 26 Mar - 15:57

Des militants CGT dont certains du SGLCE sont venus distribuer ce tract la semaine dernière à l'entrée de nos locaux à St Quentin Fallavier.

J'ai envie de dire "enfin". Cela fait longtemps qu'ils auraient du venir. Il est dommage de constater encore une fois qu'il faille attendre la fin pour que les salariés commencent à comprendre qu'il n'y a que par l'unité que nous pourront nous en sortir.

D’un côté on externalise la charge de travail (quand elle ne passe pas carrément chez le concurrent MLP) et de l’autre elle n’est même plus internalisée. La sous-traitance semble être le maitre mot pour les éditeurs.

L'Etat lui de son coté dépense des millions d'euros (Aides à la presse) pour le compte des éditeurs et ne demande rien en retour. Comme pour les banques, on maintient le système à coup de millions pour que les acteurs continuent à s'en mettre plein les poches sans exiger un minimum de valeur et de morale en contrepartie.

Quand Presstalis n'existera plus ce sera à notre tour nous salariés des MLP d'être trop cher. Nos avantages acquis même s’ils sont maigres par rapport aux ouvriers du livre sont encore bien trop élevés à comparer des intérimaires smicards à temps partiel des plateformes Géodis ou autres.

Luttons ensemble avant qu’ils n’aient plus personnes à unir.

marc-luc perrot

Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 25/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum