Petite analyse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Petite analyse

Message  buchaillard patrice le Lun 4 Oct - 1:22

Retraite et distribution de la presse, des similitudes et toujours la même recette patronale.

La technique est bien rodée. C’est toujours la même qui est utilisée. Pour que le patronat puisse nous emmener là où il le veut, il lui faut absolument notre consentement. Le risque de voir la réforme échouer serait trop grand devant un mécontentement populaire.

Affaiblissement
Le patronat utilise donc un plan de bataille qui commence toujours par « l’affaiblissement du système ». A coup d’exonérations ou de reprise de point, les problèmes surgissent très vite.

Mise en confiance
Vient ensuite la « mise en confiance ». Ne jamais attaquer de front. La combine consiste à admettre que le système actuel doit perdurer, qu’il est juste et dans notre cas « emprunt de solidarité ». Il faut sauver le système auquel vous êtes attachés. La première chose que le gouvernement a exprimée sur la réforme des retraites, c’est la confirmation du système par répartition. Pour la distribution de la presse : le système de péréquation garanti par la loi Bichet.

Convaincre de l’inéluctabilité de la chose
Tout de suite derrière une nuance vient tempérer les précédents propos. « Ce système serait devenu avec le temps structurellement déficitaire ». Il faut donc le réformer sous peine de son inévitable effondrement. La culpabilisation intervient à ce moment. Soit par nos responsabilités sur les générations futures dans un cas, soit par nos statuts imbuvables qui font peser un lourd danger sur le métier de la Presse dans l’autre. Nous devrons donc faire des sacrifices pour faire perdurer notre système. L’entonnoir est en place, le piège se referme. Les conclusions tombent : vous partirez à la retraite à 62 ans et nous devons flexibiliser vos conditions de travail.

Proposer les solutions auxquelles ils voulaient arriver
Nous ne pouvons nier qu’il faille faire quelque chose. Mais pour qu’une réforme soit juste, elle doit prendre en considération tous les aspects possibles, c'est-à-dire les dépenses mais aussi les recettes. Hors dans nos deux cas, seul le problème des dépenses est évoqué. Il y a trop de retraités ou de salariés à payer. Il faut en réduire le nombre. Jamais de la part des instigateurs de la réforme, on entend parler des exonérations de cotisations sociales qui grèvent sont financement ou des points de rémunération rendus aux éditeurs qui plombent les finances des messageries et des dépôts. Pourtant les solutions proposées ne sont pas pérennes. C’est à peine si elles résolvent le problème pendant quelques années. Nous devrons repasser à la caisse bientôt alors à quoi bon.

Nos Solutions
Il existe des solutions pour financer ces deux systèmes. L’arrêt des exonérations de cotisations sociales patronales qui n’amène rien de positif dans l’emploi. L’élargissement de l’assiette de cotisation au revenu du capital. Tous les revenus du travail doivent financer la retraite des travailleurs.
Les éditeurs doivent rendre des points de rémunération pour permettre la distribution de leurs titres et pérenniser un système qui garanti la liberté de la Presse.

buchaillard patrice

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 19/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum